Partagez | 
Breeze in Monochrome Night

Messages : 14
Âge : 24 ans
Métier : Journaliste
Habitation : Quartier nord
Civil



MessageSujet: Breeze in Monochrome Night    Mer 13 Aoû - 15:12





breeze in monochrome night



L'ambiance post-apocalyptique de la Frontière n'était déjà pas bien joyeuse, mais ce jour là, c'était vraiment quelque chose. La soirée s'annonçait particulièrement morose. D'épais nuages couvraient d'un manteau gris le ciel depuis ce matin, et la pluie tombant en fines gouttes complétait ce tableau austère. Au final, ça convenait à Oscar qui était d'une humeur particulièrement massacrante. Autant dire que la journée avait été vraiment merdique. Déjà, sa machine à café avait rendu l'âme en poussant un dernier "glouglou" agonisant, puis une panne surprise dans tout le quartier l'empêcha de terminer son article dû pour le surlendemain, pour finalement recevoir un message du rédacteur en chef qui lui disait que son article était en fait attendu pour ce soir.

Hahahahaha. Ah. Mais quelle splendide journée !

Bref après avoir bien galérer pour survivre à ce mercredi plus que catastrophique, Oscar se retrouvait là, à déambuler dans les rues délabrées de la Frontière. Sous une pluie glaciale qui allait sûrement lui faire attraper une pneumonie tiens, avec son bol...

• • •

Le journaliste arriva enfin à son point de rendez-vous. Vous vous imaginez bien que c'était pas pour un rencard romantique, non non, il avait rendez-vous avec un type, un maudit qui avait des infos à lui refiler sur le réseau de militants anti-maudits. Sauf qu'il était pas là. Super. Cool. Génial, comme si cette journée n'avait pas été assez naze comme ça...

- C'est pas vrai ! Il est passé où encore ?!

Tout en grommelant et insultant le type de tous les noms possibles, Oscar réajusta la capuche de son manteau et s'alluma une clope. Le journaliste espérait que c'était juste un petit retard, et pas quelque chose de plus grave. On ne pouvait pas dire que le voisinage était sûr...

- Nom de dieu, j'espère qu'il va pas me laisser tout seul ici !

Il faisait presque nuit, on voyait que dalle et les Gastrea grouillaient juste derrière le monolithe. Haha. Oh mon dieu. Mais quelle idée de venir ici en fin de journée ?! Le rouquin se plaqua contre le mur de la supérette abandonnée où il était sensé attendre, et jeta de rapides coups d’œil un peu partout, portant d'une main légèrement (très légèrement hein) tremblante sa cigarette à ses lèvres.





(c) MEI pour APPLE SPRING





Oh me! Oh life! of the questions of these recurring,
Of the endless trains of the faithless, of cities fill’d with the foolish,
Of myself forever reproaching myself, (for who more foolish than I, and who more faithless?)
Of eyes that vainly crave the light, of the objects mean, of the struggle ever renew’d,
Of the poor results of all, of the plodding and sordid crowds I see around me,
Of the empty and useless years of the rest, with the rest me intertwined,
The question, O me! so sad, recurring—What good amid these, O me, O life?

                                      Answer.
That you are here—that life exists and identity,
That the powerful play goes on, and you may contribute a verse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 36
Âge : 18
Type de Gastrea : Moustique Tigre
Métier : Aucun
Habitation : Appart à la Frontière
Fiche : Here
Enfant maudit



MessageSujet: Re: Breeze in Monochrome Night    Mer 13 Aoû - 16:00
Il pleuvait... Tu avais horreur de ça ! Pourtant tu avais entendu des cris monstrueux, inhumains, un Gastrea. Parcourant ton territoire a grande vitesse sautant d'un toit a l'autre en faisait attention de ne pas glisser, tu écoutais les moindres bruits a travers la capuche que t'avais sur la tête et le masque a Gaz sur ton visage. Il fallait dire que ce n'était vraiment pas facile de distinguer les bruits, car la pluie faisait office d'interferance parasitaire...
Mais tu ne perdais pas courage, tu courais, tu sautais, tu répétais cette opération le long des Monolithes pour enfin apercevoir des coups de feu provenant d'une avenue. On t'avait devancé, les blaireaux de la sécurité civile étaient arrivées avant toi. Deux Promoters et deux Initiators combattant un Gastrea de type corbeau. Tu les observais depuis un immeuble assez haut, en nettoyant les lentilles du masque a gaz a cause de la pluie. Ils étaient faibles, surtout face a ce Gastrea de très bas niveau, mais pour rien au monde tu n'allais les aider. Ils te faisaient de la peine, tu soupirais, amusée par ce spectacle, en te disant que t'aurai pu éliminer ce Gastrea en un rien de temps. Mais calme toi gamine ! Fais pas ta narcissique !

Finalement les péquenauds avaient réussis a éliminer la bête, non sans mal... Depuis tes récentes rencontres tu hésitais a descendre leur dire de dégager de ton territoire, mais mieux ne fallait pas s'en mêler, sans tarder ils fuyaient sous la pluie qui semblait s'intensifier. Tu devais rentrer toi aussi, tu commençais déjà a être bien trempée.

Sautant a nouveau de bâtiment en bâtiment t'avais failli glisser a plusieurs reprises, mais ton agilité te sauvais in-extremis. T'avais un peu de chance aujourd'hui.
Tu t’arrêtais brusquement en haut d'une ancienne maison complètement délabrée pour voir un type se précipiter a l'autre bout de la rue. Il devait surement se protéger de la pluie. Mais il n'avait pas a le faire chez toi.
Tu descendais dans la rue pour le voir aller  vers la supérette. Bien c'est la que t'allais lui tendre un piège. Courant dans la rue parallèle, tu rentrais dans la supérette par l’entrée de derrière. Tu connaissais bien ce quartier et puis ici même il n'y a pas si longtemps tu avais exécutée un sale Gastrea. Une fois dedans tu te faufilais rapidement a travers les étales délabrées. Il n'étais donc pas près de toi, et devais toujours être de l'autre cotée. Malgré les ténèbres qui régnaient ici t'arrivais a te repérer. Courant assez rapidement dans le magasin tu défonçais clairement la porte d’entrée de la supérette qui étais deja dans un mauvais état pour enfin te retrouver face a ce type.
Capuche toujours sur la tête, accompagnée du masque a gaz et d'une veste a manches tellement longues qu'on voyait pas tes mains, on voyaient simplement cinq grandes aiguilles dépasser. D'un ton non agressif tu disais ?!

"Rat de la sécurité, ou vermine de trafiquant ?!

La suite allait dépendre de sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 14
Âge : 24 ans
Métier : Journaliste
Habitation : Quartier nord
Civil



MessageSujet: Re: Breeze in Monochrome Night    Mer 13 Aoû - 19:48





breeze in monochrome night



Bon, c'est pas qu'il s'impatientait, mais un peu quand même...Il commençait sérieusement à faire froid à cause de la pluie et son manteau était loin d'être chaud. Ah il avait l'air fin à grelotter comme un idiot sous la pluie et dans le froid ! Se décidant finalement à appeler ce fameux type, un boulet de canon défonça la porte de la superette. Oscar gicla du mur, hurlant comme une fillette...pardon, comme un homme très très très viril.

"Rat de la sécurité, ou vermine de trafiquant ?!"

Le journaliste regarda ce...truc avec de grands yeux ronds. Mais qu'est-ce que c'était que ça ?! Ça parlait, donc déjà, c'était forcément humain. Bien, humain c'était un bon début. Par contre les aiguilles qui dépassaient des longues manches de la créatures c'était carrément moins cool. Oscar recula de quelques pas, pour raison sanitaire. Finalement ses paroles finirent par faire tilt dans le cerveau non-caféiné du rouquin et il fronça les sourcils, clairement offusqué, sa panique oubliée.

- J'ai une tête à être à la sécurité civile moi ?!

Ah c'était fort ça ! C'était bien la première fois qu'on lui claquait un truc pareil. Autant dire qu'Oscar n'était pas très fan de la Sécurité Civile et qu'on le prenne pour un de ses membres était une insulte.

- Et je suis pas non plus un trafiquant, et puis quoi encore !

Comme si Oscar avait la tête d'un type louche ! Bon okay...traîner dans le coin à cette heure-ci, y'avait de quoi se poser des questions, mais il trouvait ça gonflé venant de la part d'une naine à manche longue. Oui parce qu'il s'agissait forcément d'une fille. Malgré le masque à gaz, la voix était clairement féminine.

- J'pourrai te retourner la question hein ! Et range moi ça, c'est pas poli de montrer ses aiguilles aux gens qu'on connait pas !

Sa mauvaise humeur avait prit le dessus sur sa poltronnerie habituelle. Oscar croisa les bras sur sa poitrine, l'air clairement agacé. C'était vraiment pas son jour.





(c) MEI pour APPLE SPRING





Oh me! Oh life! of the questions of these recurring,
Of the endless trains of the faithless, of cities fill’d with the foolish,
Of myself forever reproaching myself, (for who more foolish than I, and who more faithless?)
Of eyes that vainly crave the light, of the objects mean, of the struggle ever renew’d,
Of the poor results of all, of the plodding and sordid crowds I see around me,
Of the empty and useless years of the rest, with the rest me intertwined,
The question, O me! so sad, recurring—What good amid these, O me, O life?

                                      Answer.
That you are here—that life exists and identity,
That the powerful play goes on, and you may contribute a verse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 36
Âge : 18
Type de Gastrea : Moustique Tigre
Métier : Aucun
Habitation : Appart à la Frontière
Fiche : Here
Enfant maudit



MessageSujet: Re: Breeze in Monochrome Night    Jeu 14 Aoû - 10:32
L'homme sauta tellement lorsque tu avais démolis la porte que ça en devenait presque embarrassant...
Il changea de ton et osa même te tenir tête. Un roux te tenais tête... Il n’étais donc pas de la sécurité civile, ni un trafiquant. C’était deja ça de réglé. Pour ce qui est de la suite, il se montra bien plus vaillant que lors de son sursaut et semblait même de regarder de haut en te retournant la question de ce que tu faisais ici. Tu bouillonnais sous ton masque, t'avais envie de le frapper, ici c'est ton territoire, et il n'a pas a poser ce genre de questions. Très rapidement tu t’avanças vers lui, avant de replier les aiguilles de ta main droite en sortant ton poing et en le plaquant contre un mur. Tu plantas les aiguilles de ta main gauche dans le mur en béton a quelques millimètres de sa tête. Tu grognais sous tes vêtements comme un chien enragé. Tu reprenais très rapidement la parole histoire de mettre les choses au clair.

"Ici c'est moi qui pose les questions, PAS TOI BORDEL !"

Tu prenais une rapide pause, avant de retirer ta main gauche et de replier les aiguilles d'une grande rapidité. Tu t'éloignais de ce type, si il avait été de l'une des deux autres factions que tu avais citée tu lui aurait deja refourguer une saloperie pour qu'il soit malade, ou même délirant de fièvre.
Finalement tu décide de continuer ton interrogatoire.

"Ecoute ici c'est mon territoire, sale rouquin, donc t'as intérêt a te montrer coopératif si tu veux pas que je te jette aux Gastrea, donc je pose ma question, qu'es tu fous ici, surtout a cette heure-ci ? Et t'es qui ?"

Tu voulais tes réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 14
Âge : 24 ans
Métier : Journaliste
Habitation : Quartier nord
Civil



MessageSujet: Re: Breeze in Monochrome Night    Sam 16 Aoû - 11:18





breeze in monochrome night



Oscar avait tellement eu peur lorsque la donzelle planta ses aiguilles juste à côté de sa tête, que sa voix resta bloquée dans sa gorge. Il déglutit avec difficulté et cligna plusieurs fois des yeux, le temps de se remettre de ses émotions.

"Ici c'est moi qui pose les questions, PAS TOI BORDEL "

Très susceptible, hein ? Le soulagement l'envahit lorsqu'elle rétracta finalement ses appendices et recula. Plus il était loin d'elle, mieux sa santé se porterait. Le journaliste ignorait d'où elle débarquait mais cette fille était borderline psychopathe. Elle devait pas avoir beaucoup d'amis si elle accueillait tout le monde comme ça...

"Ecoute ici c'est mon territoire, sale rouquin, donc t'as intérêt a te montrer coopératif si tu veux pas que je te jette aux Gastrea, donc je pose ma question, qu'es tu fous ici, surtout a cette heure-ci ? Et t'es qui ?"

Son territoire ? Quoi ? Elle pissait sur les murs pour délimiter son domaine ou quoi ? C'était officiel, cette gamine avait un grain. Parait que les gens qui restaient trop longtemps tout seuls devenaient fous. C'était sûrement le cas avec son interlocutrice.

- Tu vas te calmer, oui ? Tu m'agresses alors que j'étais gentiment en train d'attendre quelqu'un. Si tu tiens tant à le savoir, je m'appelle Oscar Oswald, je suis journaliste.

Il passa une main dans ses cheveux roux, un peu exaspéré par la situation. Il était vraiment trop tard pour ce genre de conneries...Sentant venir la migraine, il se pinça l'arrête du nez et soupira. Il devrait se montrer le plus diplomate des deux, sinon cette situation n'en finirait jamais.

- J'étais sensé retrouvé un mec, un dénommé Lucian, qui avait des infos pour moi. Il fait partie du mouvement pro-maudits, tu le connais peut-être ?





(c) MEI pour APPLE SPRING





Oh me! Oh life! of the questions of these recurring,
Of the endless trains of the faithless, of cities fill’d with the foolish,
Of myself forever reproaching myself, (for who more foolish than I, and who more faithless?)
Of eyes that vainly crave the light, of the objects mean, of the struggle ever renew’d,
Of the poor results of all, of the plodding and sordid crowds I see around me,
Of the empty and useless years of the rest, with the rest me intertwined,
The question, O me! so sad, recurring—What good amid these, O me, O life?

                                      Answer.
That you are here—that life exists and identity,
That the powerful play goes on, and you may contribute a verse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 36
Âge : 18
Type de Gastrea : Moustique Tigre
Métier : Aucun
Habitation : Appart à la Frontière
Fiche : Here
Enfant maudit



MessageSujet: Re: Breeze in Monochrome Night    Sam 16 Aoû - 13:19
Il se présenta a toi, tu l’écoutais calmement et retenais son nom. Un certain Oscar Oswald, jamais entendu parler. Journaliste en plus de ça... Un fouineur donc, et toi tu n'avais clairement pas besoin qu'il écrive un article sur une sauvage qu'il avait rencontrée a la frontière, sinon t’étais en danger. Tu pouvais l’éliminer sur le moment, mais t’étais clairement pas le genre d’assassine complètement dingue, t’étais certes un peu étrange mais pas au point de tuer des gens comme ça.
Tu ne disais rien, tu marchais autour de lui comme un prédateur autour de sa proie en l’écoutant parler. Tu avais rétractée tes aiguilles et mis les mains dans les poches de blouson.
Il semblait être ici dans l'espoir de rencontrer une personne, un certain Lucian. Et te demandais même si tu le connaissais. Tu connaissais deja très peu de monde, ou alors tu observais les gens de loin, mais ce nom la ne te disait strictement rien. Tu pris quelques minutes pour réfléchir mais rien ne venait a ton esprit. Et puis pourquoi un journaliste voulait rencontrer un pro-maudit comme il semblait le dire. Si il avait été un maudit il se serait défendu face a tes agressions, mais il ne fit rien, c’était donc un simple humain, si un Gastrea avait été la il en aurait fait qu'une bouchée.
Tu t’arrêtais, toujours les mains dans les poches, et le visage caché. Puis tu décidais de parler a nouveau.

"Je n'aime pas les fouines dans ton genre. et pourquoi un simple humain cherche a rencontrer un pro maudit comme tu dis ?"

Tu marquais une longue pause, avant d'entendre un grand bruit au loin, puis des coup de feu, rien de bien grave ici c’était la routine, c’était soit des bandes soit Un Gastrea.

Tu repris la parole.

"Si t’étais tombé sur un Gastrea ou sur n'importe qui d'autre tu serais deja entrain de couiner."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 14
Âge : 24 ans
Métier : Journaliste
Habitation : Quartier nord
Civil



MessageSujet: Re: Breeze in Monochrome Night    Lun 18 Aoû - 17:43





breeze in monochrome night



Pendant ses explications, la maudite n'avait cessé de lui tourner autour. C'était la situation la plus stressante qu'il avait du vivre jusque là. Oscar respira un peu mieux lorsqu'elle glissa ses mains dans ses poches. Son interlocutrice semblait enfin un peu plus encline au dialogue, c'était déjà ça...

- Je n'aime pas les fouines dans ton genre. et pourquoi un simple humain cherche a rencontrer un pro maudit comme tu dis ?

Oscar lui offrit un sourire un peu crispé. Une question qu'il avait espéré qu'elle ne poserait pas. Cela éveillait en lui des souvenirs franchement douloureux. Enfin...il supposait qu'elle ne le laisserait pas partir tant qu'il n'avait pas répondu à toutes ses questions. Croisant les bras, il détourna le regard.

- Mon petit frère...il était comme toi, un enfant maudit. La Sécurité Civile l'a recruté en tant qu'Initiator et à cause de son Promoter, il est mort . Voilà pourquoi je suis du côté des Maudits, j'en ai assez de voir des gamins comme toi ou mon frangin sacrifiés pour des gens qui s'en foutent et qui le méritent pas.

Il en voulait à mort à la Sécurité Civile. Le Promoter de Lucas s'était montré irresponsable, lui faisant courir des dangers inutiles et ça lui avait couté la vie. Le plus grave c'est qu'il n'avait pas envisagé que la disparition de Lucas pourrait avoir des conséquences plus grave que de perdre de la chair à canon. Sa mère avait très mal supporté la perte de son fils et était tombée en dépression. Oscar s'était retrouvé tout seul pour tenir le foyer. Pas évident pour un gamin de quinze ans. A peine avait-il finit de parler que des coups de feu retentirent et firent sursauter le journaliste.

- Si t’étais tombé sur un Gastrea ou sur n'importe qui d'autre tu serais deja entrain de couiner.

Elle n'avait pas tord.

- Merci je le sais ça...mais je devais vraiment le voir...J'espère qu'il s'est pas fait croquer par un Gastrea !, répliqua-t-il, horrifié.

- Bon écoute, je suis désolé d'avoir envahit ton....territoire. Je vais rentré bien sagement et j'éviterai ce coin à l'avenir.

Oscar amorça quelques pas en arrière, pas tellement rassuré à l'idée de tourner le dos à la Maudite. Sait-on jamais...





(c) MEI pour APPLE SPRING





Oh me! Oh life! of the questions of these recurring,
Of the endless trains of the faithless, of cities fill’d with the foolish,
Of myself forever reproaching myself, (for who more foolish than I, and who more faithless?)
Of eyes that vainly crave the light, of the objects mean, of the struggle ever renew’d,
Of the poor results of all, of the plodding and sordid crowds I see around me,
Of the empty and useless years of the rest, with the rest me intertwined,
The question, O me! so sad, recurring—What good amid these, O me, O life?

                                      Answer.
That you are here—that life exists and identity,
That the powerful play goes on, and you may contribute a verse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 36
Âge : 18
Type de Gastrea : Moustique Tigre
Métier : Aucun
Habitation : Appart à la Frontière
Fiche : Here
Enfant maudit



MessageSujet: Re: Breeze in Monochrome Night    Mar 26 Aoû - 12:11
Tu l'écoutais calmement répondre à ta question. Tu fus surprise d'apprendre qu'il avait perdu un membre de sa famille qui était un Initiator tout comme toi... Il était donc du côté des maudits. Tu ne disais toujours rien, les mains dans les poches, tu l'écoutais s'excuser de s'être introduit sur ton territoire. t'avais pas l'habitude qu'on te dise ça, ta dernière rencontre était plus mouvementée, et tu t'étais même fais embarquer pour aller au QG de la sécurité civile... Bref cette fois-ci cela se passait d'une manière différente. Tu semblais même avoir de la peine pour son petit frère, tu te disais que t'aurais pu finir comme lui, mais que le destin en avait décidé autrement. Mais avant qu'il ne parte tu voulais savoir quelque chose d'autre. Et pour cela il fallait lui demander ce que tu voulais, avant qu'il ne parte.

"Dis moi, a quel point tu hais la sécurité civile ?"

Laissant une pause, avant de retirer ton masque a gaz et ta capuche pour laisser paraître ton visage, en adoptant un petit sourire vicieux suite à ta question. Tu n'attendais pas qu'il te réponde, tu te rapprochais avant qu'il ne parte en le regardant.

"J'ai été une Initiator pendant quelques années, et j'ai vu déjà pas mal d'Initiators tomber au combat. A présent je suis contre la sécurité civile et leurs missions à la con."

T'avais décidée de lui dire tout ça en pensant que vos objectifs convergent, de toute façon il n'avait pas l'air dangereux, et tu pouvais facilement en tirer profit si sa réponse te convenais.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 14
Âge : 24 ans
Métier : Journaliste
Habitation : Quartier nord
Civil



MessageSujet: Re: Breeze in Monochrome Night    Mar 26 Aoû - 18:07
Oscar écouta sa petite tirade avec intérêt, très étonné de son changement d'attitude. Sans son masque et sa capuche qui assombrissaient son visage, elle était plutôt mignonne. Et surtout moins menaçante...

« Je les déteste autant que toi. Et je suis désolé que tu aies été obligé de subir ça », répondit-il finalement. Oh que oui il les détestaient, vicéralement. Au lieu de dépenser de l'argent à exploiter des enfants, il aurait été plus judicieux d'investir le plus possible dans un vaccin. Mais bon, visiblement c'était plus simple d'envoyer des gamins à se battre à leur place.

« Mais bon...qu'est-ce qu'on y peut ? On changera pas les façons de faire du gouvernement, surtout quand la majorité des citoyens approuvent tout ce qu'il fait. », ajouta-t-il en haussant les épaules d'un air dépité.

« Enfin bref...si je devais voir ce type c'était parce qu'il avait des infos sur Gaspari ? Tu sais le patron du Midnight. Ce mec c'est un pur connard qui s'amuse à tabasser et exploiter tous les maudits qui ont la malchance de croiser son chemin. C'est lui que j'essaye de coincer. »

Une tâche ardue s'il en est. Mais Oscar ne désespérait pas, et il savait qu'il pouvait compter sur son petit réseau de gens aussi volontaires que lui. Ah pour sûr, ce n'était pas sans danger, mais un trouillard comme lui savait se montrer d'être prudent. Après tout, il avait réussit à survivre jusque là. Oscar frissonna, son manteau tout trempé commençait à lui glacer les os. Il sentait déjà le rhume carabiné se pointer au loin.


Oh me! Oh life! of the questions of these recurring,
Of the endless trains of the faithless, of cities fill’d with the foolish,
Of myself forever reproaching myself, (for who more foolish than I, and who more faithless?)
Of eyes that vainly crave the light, of the objects mean, of the struggle ever renew’d,
Of the poor results of all, of the plodding and sordid crowds I see around me,
Of the empty and useless years of the rest, with the rest me intertwined,
The question, O me! so sad, recurring—What good amid these, O me, O life?

                                      Answer.
That you are here—that life exists and identity,
That the powerful play goes on, and you may contribute a verse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 36
Âge : 18
Type de Gastrea : Moustique Tigre
Métier : Aucun
Habitation : Appart à la Frontière
Fiche : Here
Enfant maudit



MessageSujet: Re: Breeze in Monochrome Night    Jeu 28 Aoû - 13:02
Il était désolé, mais il n'y avait vraiment pas de quoi, tu t'es déjà vengée, tu les a tous laisser mourir alors que t'aurai pu changer la situation ce jour-là, la preuve tu avais réussi a rentrer toute seule sans l'aide de personne dans la ville. Ta petite vengeance était de les laisser crever sans aucune forme de pitié.

"Il n'y a pas a être désolée, je me suis déjà vengée comme il le fallait."

Dis-tu d'une expression fière, tu n'avais pas eu besoin de te salir les mains, mais si tu aurais pu les exterminer toi même, mais malheureusement psychologiquement tu étais trop faible pour ça. Heureusement que les Gastrea  étaient là...
Lorsqu'il aborda la question des citoyens qui approuvaient le gouvernement, tu serrais les poings en fronçant le regard.

"C'est tous des moutons, ils ont tous peur, et se réfugient derrière la sécurité civile, mais le jour ou l'une de ses monstruosités de haut niveau débarquera rien ne les sauvera."

Le type qui se dressait en face de toi avait l'air dépité, toi au contraire si tu pouvais y faire quelque chose, tu l'aurais déjà fait, mais seule ce n'est pas la peine, tu avais des capacités de combat bien particulière, et si la sécurité civile apprenait que tu étais en vie c'était certain qu'ils allaient se lancer a ta chasse...
Tu l'écoutais parler a propos de Gaspari, un nom que tu avais déjà entendu en t'aventurant dans la ville a plusieurs reprises, tu avais déjà vu des hommes louches citer son nom, mais tu ne connaissais pas ses intentions.
Et le journaliste voulait le coincer, drôle d'idée, si c'était vraiment un type haut placé il n'avait aucune chance.

"J'ai entendu son nom a beaucoup de reprises, mais jamais eu de confrontation directes. Pourquoi tu veux le coincer ?"

Tu marquais une pause avant de recommencer a parler.

"Au faite, tu peux m’appeler Alyssa."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 14
Âge : 24 ans
Métier : Journaliste
Habitation : Quartier nord
Civil



MessageSujet: Re: Breeze in Monochrome Night    Ven 29 Aoû - 14:48
Oscar haussa les épaules. Avait-il une véritable raison ? Pas vraiment, Gaspari ne lui avait personnellement rien fait, mais le journaliste détestait les types dans son genre. Pourris jusqu'à la moëlle, aucune compassion. Cela lui faisait physiquement mal de penser que lui et un mec comme le patron du Midnight partage le même air.

« Personne d'autre ne veut s'y coller. Il faut bien que quelqu'un le fasse. J'ai déjà plusieurs personnages acquises à ma cause, j'espère convaincre le mouvement pro-maudits de m'aider, et de les aider en retour. », répondit-il finalement, avec sincérité. Oscar avait peu de moyens, mais il faisait tout ce qu'il pouvait.

« Ah euh ben enchanté Alyssa... », répondit-il en se frottant le derrière de la tête. Son attitude avait vraiment changer du tout au tout, c'était assez déconcertant. M'enfin il valait mieux qu'ils se quittent en bon terme, Oscar avait assez d'ennemis comme ça. Il était en effet fort doué pour taper sur les nerfs des mauvaises personnes.

Reniflant parce qu'il commençait à avoir la goutte au nez, il se frotta les joues pour se réchauffer un peu. Il était vraiment temps de rentrer pour lui.

« Bon...il faut vraiment que je rentre, je suis trempé, j'vais finir par attrapper la mort. Ciao Alyssa ! »

Sa soirée ne s'était pas terminée aussi horriblement qu'il l'avait pensé au début de leur rencontre. Il lui adressa un signe de la main, se prépara mentalement à marcher sous la pluie battante puis prit le chemin de retour. La pluie avait rendu le sol si glissant que le journaliste manqua plusieurs fois de tomber en arrière. Saleté de temps !


Oh me! Oh life! of the questions of these recurring,
Of the endless trains of the faithless, of cities fill’d with the foolish,
Of myself forever reproaching myself, (for who more foolish than I, and who more faithless?)
Of eyes that vainly crave the light, of the objects mean, of the struggle ever renew’d,
Of the poor results of all, of the plodding and sordid crowds I see around me,
Of the empty and useless years of the rest, with the rest me intertwined,
The question, O me! so sad, recurring—What good amid these, O me, O life?

                                      Answer.
That you are here—that life exists and identity,
That the powerful play goes on, and you may contribute a verse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Breeze in Monochrome Night    
Revenir en haut Aller en bas
 

Breeze in Monochrome Night

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Monochrome printemps ....chez Travaux manuels
» 10/08/2009 - Clermont Ferrand - Cosplay à la "TOKYO NIGHT"
» [ANIME] Senkou no Night Raid
» Night of Champs III
» Photos old vw crew night party 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Empyrean Nord :: La frontière-
Ruina Imperii by Yonaka Tsurugi on Grooveshark