Partagez | 
Chi no Ko ▲ Bad luck.

avatar
Messages : 4
Âge : 19 ans.
Type de Gastrea : Scorpion (rôdeur de la mort)
Métier : ...
Habitation : Du luxe !
Enfant maudit



MessageSujet: Chi no Ko ▲ Bad luck.   Mar 2 Sep - 1:22
Chi no Ko


Nom: Miura.

Prénom: Inconnu.

Surnom: Chi no Ko.

Âge: 19 ans.

Groupe & espèce: Enfant Maudit.

Métier: Je ne crois pas qu'être tueur en série est un métier...

Lieu de vie: Une belle grande maison d'un coin perdu du Quartier Sud.

Armes: Un katana bien tranchant.

Type de Gastrea & capacités/particularités: Scorpion. Plus précisément, le Rôdeur de la mort. C'est un scorpion auquel vous ne voulez pas vous frotter. Chi administre son venin en griffant ses victimes. Et une fois fait, je vous assure que vous allez passer un long et mauvais moment. Déjà que la « piqûre » fait EXTRÊMEMENT MAL, les effets secondaires qui viennent avec vous feront pleurnicher pendant les heures à venir. Vertiges, nausées, difficultés respiratoires, malaises à la pelle... Essayez d'y échapper, vous ne feriez qu'empirer les choses.

Partenaire: ...

Description Générale

Elle est née de parents qui ne devraient pas porter un tel titre. Logée et nourrie, c'était bien les seuls services que la petite pouvait recevoir de la part de ses parents, qui ne faisaient absolument pas attention à elle. Oui, elle vivait sous un toit, mais ce toit était en piteux état. Oui, elle était nourrie, mais il fallait attendre qu'elle ait faim à en pleurer pour que ces adultes qui devaient s'occuper d'elle finissent par bouger leur cul paresseux. Et au final, la gamine ne devait même pas essayer de leur parler, car elle se faisait ignorer assurément. Et le soir, elle entendait sa maman pleurer. Elle vécut quelques années avec ces adultes ingrats, voyant le ventre de la femme gonfler de plus en plus au fil des mois. Puis un jour, sa petite soeur vit le jour. Le temps de nettoyer et calmer le nouveau-né avant de le poser dans un bac en plastique, voilà que les deux petites se retrouvaient dans la rue. L'aînée prit le bébé âgé de quelques heures dans ses bras et le regarda dormir, jusqu'à ce qu'elle se sente tirer quelque part et que sa vue se change en noir.

Changement radical de vie. J'avais quatre ans et je n'avais toujours pas de nom.

À partir de ce moment, sa vie ne se résuma qu'à un enfer qu'elle partageait avec sa soeur. Une cellule trop petite, des repas trop maigres, des sorties trop douloureuses. À chaque fois que la fillette devait sortir de la minuscule pièce, elle se débattait et préférait mourir plutôt que de devoir subir encore une fois les injections auxquelles elle était soumise. Mais son mode de vie devenu infernal l'avait rendue trop faible et elle se retrouvait sur la table dure et froide à tous les coups. Puis venait l'aiguille, le sérum et les effets secondaires intolérables. La gamine n'a jamais compris ce que ces ordures lui administraient dans les veines... Mais une chose était sûre et certaine, sa soeur et elle n'étaient que des cobayes faciles à remplacer, des sujets pour des tests d'on ne sait quelle substance, des objets confinés dans un laboratoire complètement illégal. Chaque fois que la fillette recevait une injection, elle passait de quelques minutes à quelques heures à souffrir sur la table d'où elle ne pouvait pas se lever, pendant que d'autres personnes autour d'elle notaient ses réactions dans un carnet. Parfois, lorsque les effets se dissipaient rapidement, elle pouvait subir plusieurs autres injections de suite. Lorsqu'elle n'en pouvait plus, l'un des adultes la ramenait dans sa cellule. Plus tard, sa petite soeur entrait aussi, inerte. Ce qu'elle avait pu haïr ces personnes... De tout son coeur, de tout son être, elle souhaitait les voir morts !

Les petites n'étaient pas les seules à vivre à cet endroit. Il y avait d'autres enfants maudits... Elle les voyait, seuls dans leur cellule à pleurnicher et à supplier que tout ceci cesse. Très souvent, elle avait vu d'autres enfants mourir. Parfois lentement, parfois d'un seul coup, ils s'écroulaient comme des pantins désarticulés sur le sol taché de sang. Ce que les scientifiques leur injectait à tous étaient des substances très puissantes, les enfants trop faibles en mourraient. D'ailleurs, un jour, elle-même avait vu la mort de près, son cœur avait cessé de battre quelques minutes alors qu'elle était encore sur la table. Plus tard, de retour dans sa « chambre », jamais elle n'avait eu autant souffert, vomissant du sang et pleurant toutes les larmes de son corps alors qu'elle avait l'impression de se faire broyer de l'intérieur. Les scientifiques avaient dit qu'elle ne passerait pas la nuit, mais elle avait survécu de justesse. Disons que cette expérience l'a... endurcie.

Des années que je ne dois pas oublier. J'avais huit ans.

Finalement, alors que la jeune fille était allongée à côté de sa soeur qui venait de revenir de la salle toute blanche, elle entendit une conversation entre deux de ces pourritures. Comme quoi le taux d'infection des cobayes n°14 et n°15 était stable depuis longtemps et qu'elles n'étaient plus utiles du tout pour leurs expériences. À ce moment, la petite fille qu'elle était comprit que ces deux hommes parlaient de sa soeur et elle. Elle écarquilla les yeux, souhaitant ardemment qu'une autre personne prenne leur place, souffre pour elles, vive ce qu'elle avait dû endurer durant quatre ans. Elle n'eut pas besoin d'attendre longtemps, puisqu'un couple les adoptèrent quelques jours plus tard. Elle eut enfin droit à un nom, mais bien vite elle eut envie de brûler tous les papiers qui l'indiquaient. Oui, maintenant elle vivait dans une belle maison avec eau chaude, vraie nourriture, vrai lit et tout ce qui va avec, mais (car il y a toujours un mais).... Le problème venait des parents : ils rouaient les soeurs de coups à la moindre occasion, la moindre petite maladresse, même le plus petit détail ne leur échappait pas. Parfois, c'était simplement sans raison. À cette époque, la jeune fille qu'était l'aînée ressentait encore le besoin de protéger sa soeur des monstres qui s'occupaient d'elles, mais sa haine finit par prendre le dessus. C'est aussi à cette époque qu'elle découvrit le venin du type scorpion qu'elle était, puisqu'elle avait griffé son père alors qu'il essayait encore de faire mal à sa soeur. Il avait hurlé longtemps, elle avait adoré ça. Mais les coups qu'elle se prit après lui rappela à quel point elle aurait voulu qu'il meure. Qu'ils meurent tous.

Vient ensuite les années sombres. J'avais 10 ans.

Une attaque de Gastreas. Quel heureux événement ! Les deux soeurs avaient pu se cacher et voir le carnage causé par ces créatures l'avait fait jubiler. Lorsque les bêtes furent parties, la grande soeur put constater les dégâts : maison détruite... Parents agonisant dans leur propre sang. Jamais elle n'oubliera cette vue, si belle à ses yeux. Ce fut la première fois qu'elle sourit à ce point, allant chercher un long couteau dans la cuisine pour faire ce qu'elle avait toujours souhaité faire : tuer ces gens qu'elle détestait tant. À ce moment, elle décida de se renommer Chi no Ko. Et elle allait se venger sur tout ce qui pouvait bouger, tout ce qui était humain, tout ce qui vivait trop paisiblement.

12 ans et un avenir saturé de sang.

On peut se le dire, cette fille est une vraie détraquée. Elle commença également à se venger sur sa soeur, excès de violence par-dessus meurtres encore et encore. Ce n'est qu'au calme qu'il lui est possible de montrer un peu de douceur envers Chisei. Sinon, elle la considère comme un objet qui ne servira qu'à assouvir sa soif de vengeance. Six ans à enchaîner ses crimes, trouvant l'inspiration dans les livres. Six ans à voler des objets de valeur et à se salir les mains dans le marché noir, à se faire un nom autant chez les trafiquants que chez les forces de l'ordre... Chi no Ko, voilà ce qu'elle était devenue. Il n'y a que Chisei, sa petite soeur, qui connaît son véritable nom et elle ne le révélera à personne. C'est bien plus sécuritaire d'avoir un surnom lorsqu'on est un génie des tueries, n'est-ce pas ?

Je serai sans pitié. J'éliminerai ces déchets humains et je rependrai leur sang sur mon passage.

À propos de vous


Pseudo: Starfish

Âge: Presque 17 ans, ça paraît pas toujours %D

Joueur ou joueuse ? : Joueuse :3

Autres comptes: Nah ~

Comment avez-vous connu le forum ? : Chisei l'a vu la première !

Black Bullet, vous connaissiez ? : Yep.

Remarques et suggestions: LES SMILEEEEEYS !

Personnage sur l'avatar: Akame (Akame ga Kill !)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 300
Âge : 17 ans.
Type de Gastrea : Renard.
Métier : Initiator.
Habitation : Un appartement dans la zone résidentielle Sud.
Fiche : Ici.
Initiator



MessageSujet: Re: Chi no Ko ▲ Bad luck.   Mar 2 Sep - 10:33
Bonjour, bienvenue !

Rien à redire à ta fiche, donc je te valide, comme Chisei ! Tu peux commencer à rp, tout ça.

Au plaisir. ~




Comptes secondaires: Romano Rinaldi; Cornelia O'Connell; Felicia Faulkner

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ruina-imperii.forumactif.org
 

Chi no Ko ▲ Bad luck.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The lady luck club
» Charlie, les filles lui disent merci - Good Luck Chuck - 2007 - Mark Helfrich
» The Vintner's Luck
» Better Luck Tomorrow:
» Lucky Luke

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Aux portes d'Empyrean :: Recensement :: Admis-
Ruina Imperii by Yonaka Tsurugi on Grooveshark